Busta Rhymes – The Coming

A l’heure où le rap New-Yorkais et son homologue californien régnaient en despotes sur le hip-hop mondial, tout projet venant d’artistes de ces deux pôles était automatiquement source d’attention; et encore plus si le rappeur en question était attendu, ce qui était justement le cas pour Busta Rhymes. Je ne me rappelais que vaguement de lui pour l’avoir entendu dans le remix de Scenario d’A Tribe Called Quest. Le tubesque Woo Hah lâché en compagnie d’Ol’ Dirty Bastard et son clip délirant a suffi à attiser mon intérêt pour ce MC au flow si particulier et à la douce folie qui émergeait de ses lyrics. Je n’ai cependant pas écouté The Coming en entier tout de suite à sa sortie, me contentant de faire tourner les singles les uns après les autres avant de ne l’acheter qu’un an plus tard. Dès la première écoute ce fut une très grosse claque. Du rap comme je n’en avais jamais entendu auparavant. Bien sur le flow et les lyrics de Busta faisaient direct mouche mais le plus hallucinant fut ses choix d’instrumentaux. Une musique lourde et novatrice qui m’a directement captivée. Ajoutons à ce tableau des featurings très bien choisis et des performances de haute volée et on obtient l’un des meilleurs albums hip-hop de tous les temps selon moi. Il y a juste un titre que j’apprécie moins. Un album que je réécoute toujours avec le même plaisir et enthousiasme.

Titres marquants: Do My Thing, Abandon Ship, Woo Hah, Ill Vibe, Hot Fudge, It’s A Party, The Finish Line

 

Tags:

 
 

L'Auteur

Journaliste indépendant et chroniqueur musical, Street Poet est le fondateur du forum hip-hop/football On The Corner. Il collabore également à divers sites et webzines et exerce comme correspondant pour quelques magazines d’informations.

Plus de posts de | Visitez le site de Street Poet

 

 

 

Add a comment

required

required

optional


 
 
shared on wplocker.com