Quels Bleus pour l’Euro 2012?

L’EURO 2012 approche à grands pas et les supputations au sujet de la liste des 23 qui défendront les couleurs de la France vont bon train. Si il y a encore un an quelques certitudes semblaient se dégager, le rapport de forces a depuis varié et de nouveaux candidats ont su saisir leur chance et postulent désormais pour une place dans la liste finale de Laurent Blanc. Petit décryptage aux fins de faire le point sur les joueurs sélectionnables.

Gardiens: Troisième place à prendre?

S’il y a bien un secteur dans lequel Laurent Blanc peut s’appuyer sur des certitudes, c’est bien celui des perches. La hiérarchie établie depuis les années Domenech est restée immuable. En dépit d’une saison en dents de scie avec l’Olympique Lyonnais, Hugo Lloris apparait toujours comme numéro 1 indéboulonnable à ce poste. Le marseillais Steve Mandanda demeure quant à lui la doublure attitrée malgré une fin d’exercice plus que délicate avec le club phocéen. C’est au sujet du troisième billet que les choses se corsent. Cédric Carrasso tient la corde depuis de nombreuses années et il a de fortes chances d’être du voyage. Toutefois les excellentes saisons de Stéphane Ruffier et Steve Elana viennent quelque peu semer le doute. Si la sélection du portier brestois semble peu probable, le gardien du temple stéphanois apparait par contre comme une option sérieuse. Quatrième homme depuis la fin de l’ère Domenech, il pourrait coiffer sur le fil le bordelais, bien que ce dernier réalise une saison plus qu’honnête.  La décision devrait se jouer entre les deux hommes.

Handicapé par son statut de remplaçant au Paris Saint-Germain, Nicolas Douchez semble définitivement hors course. Tout comme Mickael Landreau qui bien que de nouveau performant avec Lille ne fait plus partie des plans des sélectionneurs depuis son éviction de la liste en 2008.

Défense: Sakho en danger

Avec le retour de Philippe Méxès et la confirmation d’Adil Rami, Laurent Blanc tient sa charnière centrale. Sauf blessure c’est ce duo qui devrait être titularisé en Ukraine. Derrière il y a encore quelques incertitudes. Convaincant tant en club que sous le maillot bleu, le Gunner Laurent Koscielny semble le plus apte à faire partie de la liste des 23. Le défenseur de Tottenham Hotspur Younès Kaboul à un degré moindre apparait également comme un choix intéressant.  Homme de base des débuts de Laurent Blanc, le parisien Mamadou Sakho semble clairement en perte de vitesse. Son nouveau statut de remplaçant en club ne joue pas en sa faveur, tout comme ses dernières prestations en demi-teinte sous le maillot parisien. Néanmoins, il conserve une chance infime d’être du voyage. On n’est cependant pas à l’abri d’une surprise du chef style Raphaël Varane.

Sur le côté droit la hiérarchie a été bouleversée ses derniers mois par la grave blessure de Bacary Sagna. Si le latéral droit d’Arsenal est bien revenu et apparait toujours comme le premier choix  à ce poste, il devra compter dorénavant avec un rival de taille en la personne de Mathieu Debuchy. A la faveur de l’absence prolongée de Sagna, le lillois a su s’imposer et reste sur de très bonnes performances en bleu. Conséquence la place de doublure qui semblait promise à Anthony Reveillère pourrait échapper une fois de plus au Lyonnais. Ce dernier aura toutes les peines à gagner sa place et ne peut tabler que sur une fin de saison canon pour être retenu.

Au poste de latéral gauche, les récents problèmes de santé du barcelonais Éric Abidal compromettent très sérieusement une éventuelle participation à l’Euro. Du coup Patrice Evra devrait être titularisé. Derrière Gaël Clichy tient la corde pour jouer le rôle de doublure lumière. Sauf forfait de dernière minute les deux mancuniens devraient être du voyage, au détriment de Jérémy Mathieu qui n’aura jamais vraiment eu sa chance en sélection. Avec ses performances trop moyennes, il faudrait presque un  miracle pour que le Lyonnais Aly Cissokho prenne part à l’Euro.

Milieu: Ribery or not

Plus encore qu’en défense les places au milieu sont chères. Pour l’heure seuls deux joueurs semblent être quasiment assurés d’effectuer le voyage en Pologne et en Ukraine: Yann M’Vila et Yohan Cabaye. Si la saison du rennais est loin d’être sa meilleure, il conserve tout de même beaucoup de crédit auprès du sélectionneur qui apprécie son volume de jeu. Le milieu de Newcastle à lui par contre su se rendre indispensable. Profitant de la bonne forme actuelle de son club, avec lequel il enchaîne les prestations de choix, l’ancien lillois est devenu l’un des hommes-clés du groupe, confirmant les espoirs placés en lui. Derrière ces deux joueurs, la lutte est ouverte pour une place sur la liste des milieux à vocation défensive. Alou Diarra bénéficie d’un capital sympathie énorme auprès de Laurent Blanc, mais sa saison en demi-teinte avec Marseille pourrait jouer en sa défaveur. Trop longtemps -et trop souvent- blessé, l’excellent Abou Diaby tarde toujours à prendre définitivement ses quartiers au sein des Bleus. Le milieu d’Arsenal semble d’ailleurs trop juste pour faire partie des 23. Moins souvent utilisé au Real Madrid cette saison, Lassana Diarra est lui aussi en position délicate. Blessé à la cuisse en mars, il n’a toujours pas retrouvé son niveau et pourrait ne pas être retenu s’il reste hors de forme Toutefois le fait qu’il soit capable de dépanner au poste d’arrière droit peut jouer en sa faveur. Le parisien Blaise Matuidi demeure lui aussi en embuscade, tout comme le lyonnais Maxime Gonalons voire le parisien Mathieu Bodmer.

Au sujet des milieux à vocation offensive la concurrence est tout aussi féroce. la principale énigme dans ce domaine reste la gestion du cas Ribery. Époustouflant avec le Bayern Munich, Kaiser Franck ne parvient pas à afficher le même niveau de jeu en bleu. Ses dernières prestations sont celles d’un joueur timoré, hanté par le fantôme de Knysnna et par les railleries dont il est l’objet de la part du (grand) public. Toutefois il semble inconcevable de se passer d’un tel joueur qui dans un bon jour fait partie des tous meilleurs mondiaux à son poste. Laurent Blanc parviendra t-il a lui redonner la joie de jouer en bleu? Là est la question.

En dehors de Ribery, d’autres joueurs font eux aussi l’objet d’interrogations: Samir Nasri et Hatem Ben Arfa. Le premier a souvent fait preuve d’une grande irrégularité en équipe de France, et s’il reste un incroyable technicien, il n’a toujours pas donné la pleine mesure de son talent en bleu. De plus il n’est plus indiscutable à Manchester City où là encore la régularité lui a fait défaut. Le cas Ben Arfa est lui sensiblement différent. Il a mis les bouchées doubles pour convaincre son entraineur Alan Pardew de lui donner enfin une place de titulaire et il est loin d’être étranger à l’excellente saison des Magpies. Toutefois, Ben Arfa n’a jamais vraiment convaincu en bleu et traîne une image d’élément difficile à discipliner. Dans une compétition aussi ardue, où la dynamique de groupe prend le pas sur le talent pur, se créer des problèmes de vestiaire est un risque inconsidéré. Ben Arfa pourrait donc être victime de son image de « fouteur de merde ».

Outre ses trois joueurs, le plateau reste relevé et on se bouscule au portillon pour avoir droit de cité. Seul le parisien Jérémy Menez semble avoir gagné sa place, pour les autres tout est relatif. Le marseillais Mathieu Valbuena est plus qu’une solution de remplacement, ce qui est moins le cas pour son partenaire de club Morgan Amalfitano nettement moins tranchant depuis quelques mois. Le milieu de Aston Villa Charles N’Zogbia a lui aussi une carte à jouer en dépit du statut de son club qui ne joue pas les premiers rôles dans le championnat anglais. Reste l’énigme Yoann Gourcuff. Si ses prestations assez moyennes avec l’Olympique Lyonnais ne justifient pas qu’il soit retenu, surtout en comparaison avec ses concurrents, sa proximité avec Laurent Blanc qui le connait parfaitement pourrait jouer, même si cela reste du domaine de la probabilité.

Attaquants: Benzema et les autres

Pour ce qui est de la ligne offensive, un nom tranche sur tous les autres: Karim Benzema. L’avant-centre du Real Madrid a pris une dimension encore plus grande cette saison et est devenu l’attaquant de classe mondiale que tous les observateurs espéraient. Sauf cataclysme il est assuré de mener l’attaque tricolore lors du prochain tournoi. Seul bémol, le reste de la ligne offensive est moins probante au strict plan qualitatif, mais elle a son gotha de joueurs capables de le suppléer dans le pire des cas. A ce jeu Olivier Giroud est celui qui a marqué le plus de points. Le buteur montpellierain reste sur une grosse prestation en bleu lors du match amical contre l’Allemagne et même si ce n’était pas la meilleure défense du monde, il a prouvé qu’on peut compter sur lui et semble promis à une participation à l’Euro. Les autres attaquants ne peuvent se targuer de bénéficier d’un tel capital confiance. Le marseillais Loïc Remy n’est pas à son meilleur niveau et semble usé et en bout de course. Son de cloche différent pour les parisiens Hoarau et Gameiro et le lyonnais Bafétimbi Gomis. Gameiro n’a toujours pas trouvé ses marques au sein du Paris Saint-Germain, même s’il faut avouer que ses coéquipiers ne lui facilitent pas vraiment la tâche. Toutefois son profil est apprécié par le staff des bleus en témoigne ses convocations régulières. Guillaume Hoarau lui par contre par de plus loin. Outre une première partie de saison gâchée par une blessure, et malgré la confiance de Carlo Ancelotti, son profil trop analogue à celui de Giroud pourrait le desservir. Bafétimbi Gomis bien que souvent décisif avec Lyon n’est plus un titulaire indiscutable et pourrait faire les frais de la gestion de Rémi Garde. Sa combativité pourrait cependant faire la différence et lui offrir une place en cas de défections.

Les attaquants évoluant en Angleterre sont eux moins vernis. Après une arrivée fracassante à Tottenham qui lui a valu une nouvelle convocation, Louis Saha s’est éteint, un peu à l’image de son club qui après avoir été longtemps placé risque de manquer la qualification pour la Ligue des Champions. Concernant Djibril Cissé c’est encore plus délicat. La flèche peroxydée a rejoint Queens Park Rangers en janvier pour retrouver de temps de jeu et surtout le chemin des buts qui le fuyait à la Lazio, mais le pari est loin d’être gagnant. Toujours aussi inefficace devant le but, il a également été victime d’une suspension qui a freiné son intégration au sein de son nouveau club qui aujourd’hui bataille pour éviter la relégation. Sauf miracle il ne devrait pas disputer l’Euro.

Join the Forum discussion on this post

 

Tags: ,

 
 

L'Auteur

Journaliste indépendant et chroniqueur musical, Street Poet est le fondateur du forum hip-hop/football On The Corner. Il collabore également à divers sites et webzines et exerce comme correspondant pour quelques magazines d’informations.

Plus de posts de | Visitez le site de Street Poet

 

 

 

Add a comment

required

required

optional


 
 
shared on wplocker.com