Groupe D 2e journée

Catégorie(s) EURO 2012, Football, Sélections - Par Street Poet Publié le Vendredi 15 juin 2012 Avec 0 Réactions

Deuxième journée du groupe D marquée par la forte pluie sur Donetsk ayant provoqué la suspension du match de la France et l’opposition Angleterre – Suède.

La France en démonstration

Après un nul frustrant plein de promesses mais contre l’Angleterre, l’équipe de France abordait son deuxième match contre le pays organisateur, l’Ukraine, avec une formation quelque peu retouchée. Clichy se substituait à Evra sur le flanc gauche de la défense tandis que Ménez faisait son entrée côté droit. Conséquence Nasri glissait dans l’axe et Malouda faisait les frais de cette réorganisation tactique en étant envoyé sur le banc. C’est pourtant l’Ukraine qui démarrera le mieux la rencontre. Sur-motivée par l’enjeu elle exerce d’entrée un pressing haut face à des Bleus pas encore en place. C’est alors que survient un violent orage qui oblige l’arbitre a interrompre la rencontre une heure durant après seulement cinq minutes de jeu. On craint un report du match mais il finit par reprendre à la grande joie de tous. L’équipe de France prend très vite la mesure de son adversaire et se montre plus qu’insistante. Ménez très en jambes, tout comme Ribery marque un but refusé pour hors-jeu avant de manquer deux occasions d’ouvrir la marque. Méxès butera lui aussi sur un Pyatov des grands soirs. L’Ukraine elle ne se montrera dangereuse que sur une occasion de l’inusable Shevchenko parfaitement contrée par Lloris. Malgré une domination sans partage des Français, le score demeure vierge à la mi-temps.

A la reprise, les Ukrainiens essaient de réagir par l’intermédiaire de Shevchenko mais sans succès. Très vite le siège des buts de Pyatov reprend. La formation Ukrainienne ne parvient pas à se défaire de l’étau des Bleus et fini par s’incliner sur une frappe de Jérémy Ménez. Une ouverture du score plus que logique qui vient récompenser le bon match des Bleus. Si la défense donne toujours une impression de flottement, notamment Rami peu rassurant, l’attaque elle par contre se porte comme un charme et maitrise totalement les débats. Dépassés défensivement les Ukrainiens cèderont une deuxième fois sur une frappe limpide de Yohan Cabaye. La France fait plaisir à voir et déploie un jeu léché sans pour autant forcer son talent face à un adversaire plus faible que prévu. Le score aurait même pu être plus lourd si Cabaye avait trouvé le cadre à la 65e minute et si les attaques suivantes avaient été concrétisées. Toutefois la France enchante et gagne avec la manière, prenant une option sérieuse sur la qualification et la tête du groupe dans la foulée en attendant le match des Anglais.

Au bout du suspense

Dans le deuxième match la Suède était tenue d’obtenir au minimum un nul pour ne pas se faire éliminer. Ce qui face à une Angleterre certes diminuée mais contrainte elle aussi de faire un résultat est loin d’être tâche aisée. Côté Anglais la principale innovation est la titularisation du liverpuldien Andy Carroll à la pointe de l’attaque. Solution sommes toutes idoine pour s’imposer face à la très physique défense suédoise qui a subit pas mal de changements. L’entame du match est assez décousue mais très vite la sélection aux Trois Lions prend le match à son compte face à un adversaire volontaire mais limité. la lumière viendra de la patte de Steven Gerrard qui offre une balle de but victorieusement reprise de la tête par Carroll dans un véritable remake du but inscrit contre la France. La Suède trop dilettante à l’image de Zlatan Ibrahimovic et trop peu tranchante ne parvient pas à inquiéter Joe Hart. C’est tout à fait logiquement que l’Angleterre tient son avantage à la mi-temps.

La seconde période va par contre être nettement plus vivante. Les Suédois reviennent avec la gnaque et la défense Anglaise peine à rester à flot. Finalement la formation scandinave se remettra vite dans le sens de la marche en égalisant par le biais de son grognard Mellberg sur un coup-franc et un jeu de billard qui aura défavorisé les Anglais. Par la suite le match passe sous contrôle Suédois. L’Angleterre recule et se retrouve totalement dominée. La rigueur défensive montrée jusque là s’effiloche et les Suédois profitent des largesses défensives pour se montrer dangereux. Mieux sur une autre tête imparable de Mellberg ils prendront l’avantage au score. On se dit alors que l’Angleterre pourrait ne pas sortir de cette poule mais Hodgson joue son va-tout en faisant entrer Theo Walcott. Coaching gagnant vu que le jeune Gunner trouvera l’ouverture dès sa première occasion trompant un Isaksson pourtant très en verve. Les débats s’équilibrent alors et on se dirige vers un match nul qui n’arrange vraiment personne. Mais à la 78e Walcott se montrera de nouveau décisif en transmettant un ballon à Danny Welbeck dans la surface. Ce dernier reprendra le ballon comme il peut d’une somptueuse talonnade aérienne battant une fois de plus Isaksson. Un coup de génie dont la Suède ne se remettra pas. Un but qui aura pour conséquence l’élimination de la formation scandinave qui jouera donc un match pour l’honneur contre la France. L’Angleterre elle n’aura besoin que d’un nul pour valider son billet pour le second tour mais face à une Ukraine imprévisible au possible il convient tout de même de rester réservé.

About - Journaliste indépendant et chroniqueur musical, Street Poet est le fondateur du forum hip-hop/football On The Corner. Il collabore également à divers sites et webzines et exerce comme correspondant pour quelques magazines d’informations.

Leave a comment

XHTML: You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>