Eminem – The Marshall Mathers LP

Qu’il est déjà loin le temps où Eminem n’était qu’un inconnu sorti d’on ne sait où par Dr. Dre. Un album à succès et de multiples controverses plus tard et Em s’est vu devenir une sulfureuse icône médiatique, cristallisant à lui tout seul les fantasmes d’une frange de fanas, l’acharnement d’une presse faussement bien-pensante ainsi que d’une nuée d’intégristes coincés desquels il se fait un plaisir de se jouer. Et ce en seulement un peu plus d’une année. Avantage son buzz est à son paroxysme. La seule évocation de son nom suffit à susciter l’hystérie. Adulé ou détesté, il faut bien avouer que le blondinet de Detroit a pris du galon depuis. Outre son statut public très rock star, il a réussi à conquérir le respect de ses pairs mais demeure cependant attendu au tournant, et il le sait. Afin de réussir au mieux son retour et démontrer qu’il n’est pas qu’un épiphénomène de plus du music business, il s’attèle à peaufiner son nouvel album qu’il veut encore plus percutant que le précédent. Il sait pertinemment qu’il doit revenir encore plus fort, encore plus percutant, encore plus décisif sans pour autant se dénaturer. Il peut heureusement compter sur le renfort de son mentor Dre ainsi que de ses frères d’armes de production: Jeff et Mark Bass.

Le come-back s’avère plus que réussi. Non content d’avoir mis tout le monde dans sa poche avec le rigolard et déjanté The Real Slim Shady, The Marshall Mathers LP s’évapore littéralement dans les bacs en s’écoulant à plus d’un million d’exemplaires dès sa première semaine d’exploitation. Il bénéficiera même d’un succès public sans précédent dans l’histoire du hip-hop. Voilà pour les financiers. Ce qui nous intéresse nous c’est sa musique et le moins que l’on puisse dire est que le blondin n’a pas chômé. Flow encore plus percutant, punchlines de malade, textes plus caustiques, multiples variations de voix, une impertinence encore plus affirmée et un sens de la provoc porté aux nues. Em est en pleine forme et nous en fait profiter tout au long d’un peu plus de 70 minutes. Il passe même derrière les machines pour l’occasion et fait ses débuts en tant que producteur sous le parrainage bienveillant de Dre et de l’équipe F.B.T. (composé des frères Bass pour ceux qui l’ignorent). Autre trait marquant de cet opus, il se livre d’avantage et nous offre le livre de son vécu tout au long du disque. Si les délires sont toujours présents et que son sens de la formule choquante est toujours aussi aiguisé, il n’en demeure pas moins un humain et revient sur ses rapports avec sa famille une fois de plus, mais évoque la façon dont il appréhende sa soudaine notoriété et les difficultés qu’entrainent ce nouveau statut. Un apport thématique supplémentaire qui va s’avérer de bon augure et qui couplé avec les arguments déjà évoqués plus haut feront de cet opus le meilleur de sa carrière.

Pour faire le lien avec son disque précédent, il le démarre par un nouveau Public Service Announcement qui a pour principal mérite de donner le ton. A peine avons-nous le temps de le digérer que débarque déjà une paire de tueries. Kill You impressionne par son tempo saccadé mais surtout par la violence des propos d’Em qui crache son fiel sur sa génitrice. Du jamais vu dans le rap mainstream. Suit ensuite la perle de storytelling Stan où il revient sur l’agitation qu’il suscite en s’incarnant en son plus grand fan, comme pour rappeler à tous que le fanatisme à ses limites et peut s’avérer destructeur. Cette reprise du Thank You de Dido (je ne vais pas vous refaire l’historique de ce titre) bénéficie bien sur du renfort de la belle et d’une production magistrale signée The 45 King. Ses deux titres s’avèrent être représentatifs du contenu de l’album qui compte plus d’un titre dans cette lignée intimiste. Em expose ses rapports avec la célébrité et ses convictions sur le rageur The Way I Am ainsi que sur I’m Back. Il parle aussi des tracas de sa surexposition médiatique sur l’éponyme et autobiographique Marshall Mathers. Il évoque également la façon dont il est perçu par la jeunesse et le public dans Who Knew. Il adresse également un titre malsain à sa femme en mettant en scène son assassinat consécutif à une dispute. Kim est en quelque sorte le prequel de 97 Bonnie & Clyde et ne manquera pas de choquer certains auditeurs, surtout qu’à la fin il finit par l’étrangler avant de mettre son cadavre dans le coffre de sa voiture. Un titre tout simplement poignant et tellement bien narré qu’on se sent absorbé par cette folie meurtrière.

Em ne fait heureusement pas que parler de lui sur cet opus. Si la touche autobiographique de ce disque est indéniable, il reste tout de même plus qu’efficace dans ce qui a fait, fait et fera son attrait: ses nombreux délires. Il ne se refuse rien et adresse un tir groupé au monde entier et surtout à l’Amérique bien-pensante. Le titre final Criminal est, au-delà d’une démonstration rapologique des plus abouties, un véritable concentré de provocations en tout genre. Rien n’échappe au blond qui raille les femmes, les gays, la police, les pouvoirs publics, et même ses pairs. Ken Kaniff repointe le bout de son nez pour un interlude ridiculisant Insane Clown Posse. Un nouveau protagoniste fait également son apparition sur ce disque: Steve Berman. Paul est bien sur toujours de la partie. Quand il évoque son retour c’est pour signer deux collaborations meurtrières. Il s’adjoint les services de Dre ainsi que de Snoop et Xzibit pour une nouvelle version de Bitch Please sur laquelle il brille comme toujours. Mais c’est la boucherie Remember Me qui marque indubitablement. Si RBX apparait en dessous de ses camarades de mic, le duel au sommet entre Sticky Fingaz d’Onyx et Em est de ceux qui laissent pantois. Ils signent chacun un couplet plus rageur qu’un pittbull affamé dont on ne se lasse pas sur un instrumental tranchant littéralement avec les autres par sa touche simpliste.
Mais c’est finalement quand il est un tantinet irrévérencieux qu’on le préfère. Il s’en donne d’ailleurs à cœur choix sur un Drug Ballad à l’intitulé évocateur sur lequel il convie une fois de plus Dina Rae. Ce disque est également l’occasion pour lui d’offrir un peu d’exposition à son groupe, les joyeux délireurs de D12. Bizarre vient étaler ses lyrics biscornus sur le sombre et énervé Amityville aux influences rock avant que le groupe au grand complet ne rejoigne Em pour le barré Under The Influence et son refrain explicite.

Assurément le meilleur disque de la discographie d’Eminem. Jamais il n’avait été autant en verve et jamais il n’avait été aussi vrai. Plus qu’une confirmation, c’est une consécration. Marshall Mathers devient définitivement une icône du hip-hop avec cet opus. Il est au sommet de son art et met définitivement le monde de la musique à ses pieds. Si certains regretterons que son explosion consécutive à celle du deuxième solo de son boss aie ramené dans le milieu une myriade de fans ne connaissant rien au hip-hop, on ne peut décemment affirmer que ce succès soit malvenu. Du moment qu’il a permis de sensibiliser plus de gens à cette musique, il est un peu prétentieux de bouder son plaisir. Un album indispensable.

18,5/20

-Black Scofield-

A propos de Black Scofield

Rédacteur en chef. Fondateur et gérant du site.