Sortie: 24 Novembre 2008
Label: DIN Records
Producteur: Proof

Héraut du rap conscient francophone, le Havrais s’est taillé une solide réputation de rappeur engagé et est désormais considéré comme l’une des valeurs sures de la scène hexagonale. Son retour était donc plus qu’attendu, surtout après l’excellente Don’t Panik Tape.
Bonne nouvelle le MC ne s’est pas reposé sur ses lauriers et livre comme à l’accoutumée un projet de très bonne qualité, surement un des meilleurs du cru 2008. Tout ce qui a fait sa force est présent sur cet album. Des textes très engagés étayés par une bonne documentation, un flow agressif, de bonnes punchlines (ce n’est pas non plus du Booba) et une direction artistique emballante. Intégralement produit par Proof, l’album s’avère agréable à écouter et les instrumentaux se prêtent parfaitement à la démonstration lyricale de Médine. Le rappeur s’essaye à de nouvelles perspectives narratrices sur Portrait Chinois ou encore Peplum voire même le plus léger Code Barbe. Mais une brochette de titres forts vient nous rappeler qu’il est resté le même et que le lion est toujours enragé. Mention spéciale à l’excellent RER D qui revient sur un honteux fait divers et le pamphlet anti-islamophobe Don’t Panik (quoique déjà connu puisque figurant sur la tape évoquée plus haut). La dénonciation se poursuit avec la fiction Camp Delta (qui n’est pas sans rappeler le Guantanamo) du premier album où il nous narre l’arrestation et la détention des trois personnalités préférés des français. Une feinte plus qu’adroite dans la mesure où le message y gagne fortement en impact. Tiers Monde (l’un des rares invités de l’album) de Bouchées Doubles vient lui prêter main forte sur un Panther Blues aux lyrics tranchants comme des crocs de fauve avant que Médine ne nous fasse par de son Besoin de Révolution, occasion pour lui de s’exprimer sur tous ses thèmes de prédilections. Il nous offre également une nouvelle suite à a saga Enfants du destin (initiée sur son premier album) avec le très bon Kounta Kinté sur lequel il dénonce l’esclavage en s’inspirant du livre Roots d’Alex Haley.  Même quand il nous parle des femmes sur A l’Ombre du Mal (duo avec la très prometteuse Nneka), il vise toujours juste et livre un des meilleurs titres de l’album, lequel se conclut avec un Arabospiritual aussi long (plus de 7 minutes) que dense où il revient sur son parcours avec leur lot de satisfactions et déceptions.
Un très bon album donc s’inscrivant parfaitement dans la lignée de ce à quoi il nous avait habitué. Bien sur il ne trouvera pas grâce aux yeux des réfractaires à son flow trop peu varié, à sa voix peu captivante et à ses thématiques trop « sérieuses ». De même certains dénonceront une musicalité pas assez diversifiée mais ne chipotons pas. Arabian Panther sans être son tout meilleur album se hisse sans peine dans le top 5 hexagonal de ces dernières années.

17/20

Tracklist

  1. Self Défense
  2. Peplum
  3. Portrait chinois
  4. RER D
  5. Don’t Panik
  6. A l’ombre du mal (feat Nneka)
  7. Pantherlude « ils peuvent »
  8. Enfant du destin (Kounta Kinte)
  9. Panther blues (feat Tiers Monde)
  10. Code barbe
  11. Camp Delta
  12. Besoin de révolution
  13. Arabospiritual

Join the Forum discussion on this post

Laisser un commentaire