C’est une lapalissade d’affirmer que Facebook et la protection de données n’ont jamais fait bon ménage et ce depuis les débuts du bulldozer des réseaux sociaux. La firme a beau affirmer que les données personnelles de ses utilisateurs sont sécurisées et qu’il est simple de bien se protéger en usant des outils de confidentialités, les ratés en la matière prouvent largement le contraire depuis quelques années. A ce titre la Federal Trade Commission, une agence indépendante du gouvernement américain dont la principale mission est d’assurer le respect du droit à la consommation vient d’épingler le géant bleu qui sera placé sous la surveillance de cet organe pour les vingt prochaines années.

Pourquoi une telle sanction? Et bien selon cette commission, Facebook garde une forte dose d’opacité au sujet des données personnelles de ses utilisateurs et aurait même dupé ceux-ci sur l’utilisation qui en est faite et ce à maintes reprises. Pis, le réseau social de Mark Zuckerberg est soupçonné d’avoir recours à des pratiques commerciales déloyales en transmettant notamment les données à des publicitaires leur permettant ainsi de mieux cibler le public lors de leurs campagnes.

Résultat des courses Facebook hérite d’une mise à l’épreuve et sera soumis à des audits tous les deux ans aux fins d’accroitre la surveillance du site. Il sera également tenu de mieux communiquer avec ses utilisateurs et ne devrait plus avoir la possibilité d’imposer des changements de réglages sur les paramètres de confidentialité. Désormais chaque utilisateur devrait décider s’il compte oui ou non s’y conformer. Une conclusion qui confirme en grande partie ce qui se disait ça et là depuis des années au sujet des méthodes de la firme chère à Mark Zuckerberg.

Ce dernier n’a d’ailleurs pas tardé à réagir sur le blog officiel de Facebook. Il s’est ainsi fendu d’une longue mise au point expliquant sa bonne foi et son engagement à faire de son site le leader « en terme de transparence et de contrôle de la confidentialité ». Toutes choses qui laisse augurer d’une prochaine mise à jour allant dans ce sens. Wait & See.

Pour ceux qui ne maitrisent pas l’anglais le billet de Mark Zuckerberg a été traduit par Philippe d’AccessOWeb dans l’article qu’il a consacré à cette affaire. Bonne lecture.

Laisser un commentaire